Nouveau sujet Forum verrouillé Imprimer Syndication RSS 2.0

Murmures d'un Emoya /Ch.2\\ - la nouvelle #La Racine#

Siçhu - Racines
Avatar de La racine
  • Messages : 1010
  • Inscrit : 11 Décembre 2004
  Lien vers ce message 06 Avril 2006, 19:18
2. Aux Cimes

La course n?en finit pas !

Il sait qu?il ne peut s?arrêter pour se cacher, Ils le rejoindraient. Il entend le bruit de Leurs haleines jusqu?ici.

Des chiens des marais, accompagnés de leurs maîtres, les Soldats.

L?espoir habite cependant son esprit: Il se rapproche du Sanctuaire, et là il pourra les perdre?ou les tuer.

Ses pieds nus rament dans une eau remplie d?algues et de mousses, et chaque pas est un épuisant effort. Ses vêtements, quoique fins et réduits à leur plus simple expression, sont gorgés d?eau putréfiée. Son médaillon lui tambourine la poitrine, créant une lancinante irritation. Sa respiration est de plus en plus saccadée, et il entend toujours et encore ce hâle qui le poursuit, sans jamais prendre de repos.

Il sait qu?il n?a plus beaucoup de chemin à parcourir avant les premiers Pièges, mais son corps saura-t-il tenir jusque là ?

Oui, il y arrivera, il le sait.

Peut-être une patrouille avancée le verra-t-il ? A cette idée, il repart de plus belle.

Ne pas réfléchir, et continuer ... à tout prix continuer.

Il contourne un bosquet de joncs qui, si on n?y prête pas attention, lacère les pieds comme autant de coutelas bien aiguisés.

La respiration se rapproche.

Il entend les cris d?encouragement des Soldats et bruit d?éclaboussement de leurs montures. Ils vont bientôt le voir !

Il arrive sur un matelas en plantes, couche de racines flottantes formant une sorte de sol élastique au-dessus de l'eau. La course devient plus aisée.

Un arbre tordu d?une manière reconnaissable tend ses branches au milieu d'une clairière.

Il se rappelle l?endroit. Il est arrivé !

Le premier piège se trouve juste là, à une dizaine de mètres derrière l?arbre. Ils vont tomber dedans, et il s?enfuirait prévenir son père !

Il dépasse le Vieux Tronc lorsque soudain une énorme boulle d?eau en surgit et le plaque au sol.

Il se relève difficilement.

Six personnes sont apparues à ses côtés. Cinq d?entre elles se remettent rapidement debout, et après avoir jeté un bref regard à la sixième, s?encourrent en direction du Sancuaire.

Il prend son élan pour repartir lui aussi dans cette direction, mais à ce moment ses jambes se retrouvent subitement collées, serrées par des cordes reliées à des poids. Pieds joints, il tombe lourdement en avant et reste étendu, le souffle coupé.

"Zut ! j'aurais dû me douter qu?ils avaient des bolas !"

Le temps de se débarrasser les jambes des trois boules de bois et de leurs cordes, les Chiens l?entourent.

Trop tard ! Plus d?espoir de fuite ... Cette fois, son escapade a mal tourné.

Il voit les gardes regarder en direction des cinq fuyants. Ils ne les poursuiveront pas. Ils ont assez de deux prises et ne veulent pas s'engager en territoire Rebelle en sous-nombre.


Et pourquoi pas ?
 
Siçhu - Racines
Avatar de La racine
  • Messages : 1010
  • Inscrit : 11 Décembre 2004
  Lien vers ce message 15 Avril 2006, 21:59
* * *


Il se réveille.

Il baigne tout entier dans l?eau.

Il est parcouru d?un frisson: l?eau est glaciale.

Il n?ose pas ouvrir les yeux.

Que s?est-il passé ? Son corps est tout endolori par des coups.

Que lui ont-ils fait ? Il se souvient de la poursuite, puis soudainement plus rien. Est-il à l'hopital ? Non, il n'y aurait pas d'eau ...

Il ouvrit enfin les yeux lorsqu?il reçut une gerbe d?eau à la figure.

Deux hommes de hautes statures le regardaient, l?air amusé. Ils avaient des vêtements bariolés de couleurs et dans leurs traits plânait un air exotique que Justin n?arrivait pas à définir. Ils portaient tous deux une épée à la main. Deux épées brunes parsemées de stries plus claires.

-Lèves-toi ! lui dit l'un d?eux en français.
Du français ! Mais qui sont ces gens ? Personne ne parle le français dans le coin. Que se passe-t-il ?
-Les mains derrière le dos ! lui dit l?autre en pointant sa lame en direction de la gorge.
-Hé, c?est quoi cette histoire ? Je n?ai rien fait ! Je me suis fait attaquer puis,?
-Tais-toi ! Ne parles que lorsque nous te poserons des questions, vu ?

Il se rendit enfin compte que quelqu?un se tenait derrière eux. Un garçon, dans la douzaine, était étendu par terre, pieds et mains liés.

-Et ce garçon, vous l?arrêtez aussi ? Je sais ! Vous êtes des kidnappeurs d?enfants ! Au secours ! A l?aide !

Justin, surnommé aussi John par des amis maintenant lointains, reçu à ce moment un violent coup d?un des Gardes royaux. Il retomba dans l?inconscience qu?il venait juste de quitter.


Et pourquoi pas ?
 
Siçhu - Racines
Avatar de La racine
  • Messages : 1010
  • Inscrit : 11 Décembre 2004
  Lien vers ce message 20 Avril 2006, 16:49
* * *


Ses vêtements détrempés collent à sa peau.

Ses cheveux le grattent, mais lorsqu?il veut dégager son bras sur lequel il était couché, il sent une douleur inattendue. Celui-ci reposait sur une surface inégale et très inconfortable.

Il ouvre lentement les yeux.

Un vent glacial vient aussitôt en sécher la surface humide.

Il se rend compte qu?il grelotte.

Il se redresse pour s?asseoir et là, une peur l?habitant depuis la petite enfance le prend viscéralement.

Il retrouve aussitôt sa position couchée, mais sur le ventre, ses mains accrochées aux barreaux de bambou qui forment le sol.

Sous ces barreaux s'étand un paysage infini, recouvert d?eau verte et de brume.

La cage dans laquelle il repose est suspendue à quelques deux cent mètres de haut.

Quatre piliers colossaux partent d?un sol gorgé d?eau pour atteindre une surface de bois juste au-dessus de lui. Ils sont reliés entre eux par des traverses beaucoup moins grandes, mais ne faisant pas moins de deux mètres de diamètre.

Une main sur son épaule le fait sursauter.
-Hé ! Que vous arrive-t-il, étranger ? On croirait vous voir malade? Qu?avez-vous, répondez! Je sais que vous parlez l?occitan !

John se retourna pour se mettre sur le dos. Sa peur céda la place à l?interrogation.

Il reconnaît le garçon qu?il avait aperçu avant son coup sur la tête par l?épée ? mais au fait, qui aurait l?idée aujourd?hui d?utiliser des épées ? Des acteurs ? Des escrimeurs ? Des fous ??

-J?aimerais qu?on me réponde quand je parle ! Moi je me nomme Iwleï, des Rebelles !
-Rebelles ? Rebelles de quoi ?
-N?essaie pas de me retirer des informations ! Tu pourrais appartenir aux Soldats Royaux !

Ces paroles sorties de la bouche d?un enfant de moins de 10 ans semblaient comme provenir de l?un de ses jeux. Mais John ne savait pas pourquoi, il les prit au sérieux.

-Je t?ai déjà demandé ton nom ! cria cette fois-ci le gamin.
-Moi ? John, se pressa-t-il de dire, donnant le nom qu?on lui avait tant de fois répété ces derniers jours.
-D?où viens-tu ?
-B?Belgique balbutia-t-il.

John répondait à des questions, et son esprit encore embué ne cherchait pas à trouver une explication à tout ceci. Il nageait encore dans un rêve improbable et s?attendait à tout moment de se réveiller.

-C?est où ?Belgique? ?
-Europe
-Je ne connais pas. De quel Monde viens-tu ?

Justin ne comprit pas cette question, mais ne chercha pas activement une réponse et fit une moue d?incompréhension.

-Tu ne sais pas ? Bon, il faudrait aller voir Féânô. Maintenant, il faudrait que tu nous sortes d?ici, je t?ai vu utiliser le Tleïchi ! Tu comprends, il faut qu?on SORTE avant qu?on nous INTERROGE ! Hé hoo ! Réveilles-toi !

Le garçon avait un accent étrange et une voix profonde, ce qui était bizarre pour son âge. Ses mots semblaient glisser comme un souffle à vos oreilles et vous incitaient à écouter.

Soudain, dans son esprit, le moment de stupéfaction disparut et John vit une myriade de question se bousculer dans sa tête. Où suis-je? Qui es-tu ? Pourquoi des épées ? Qu?est ce bâtiment, cette cage, ce marais ? ?. Que se passe-il ?

-Où?où sommes-nous ? Finit-il par dire.
-Ah ! Tu commences à reprendre tes esprits ! Nous nous sommes fait prendre par le seigneur Karh, dit-il en ne roulant pas son ?r?. C?est notre ennemi à nous, les Rebelles ! Je?

Un bruit sec suivi d?un grincement firent arrêter les paroles du dénommé Iwleï. Un homme à la tête d?étrangleur fit son apparition dans le trou carré d'une trappe juste au-dessus.

Il sauta sur le toit de la cage qui sous le coup s?inclina fortement. John fut reprit de vertige.

-Allez, j?emmène l?Etranger ! Le Seigneur voudrait le voir ! Ne t?en fais pas, toi ! On viendra bientôt te chercher, mais pas pour une visite ! Hahaha !

Le géant se redressa, les deux mains sur les hanches, poussant un rire sadique lourd et plein de sens.

Il déverrouilla ensuite la porte de la cage et lança :
-hé ! Lèves-toi ! Ne crois pas que je vais aller te chercher !

Mais Justin était de nouveau absent. Sa trop forte émotivité l?avait une fois de plus saisi.

Le géant descendit et attrapa John par le collet qui après trois claques se réveilla.

-Le Seigneur a besoin de vous EVEILLE !

Il grimpa hors de la cage, Justin sur le dos, grimpa le long de la chaîne qui maintenait la cage et franchit la trappe de bois.

Là il reposa Justin au sol et lui dit : Tiens-toi bien, ou je pourrais m?énerver ! ...

Il lui prit le bras d?une poigne d?acier et l?emmena dans un long et sombre couloir éclairé de temps en temps par une torche crachottante.

Après quelques embranchements, ils arrivèrent devant une porte de bois massive.
-Passe ! Dit l?homme d?une voix rauque.

Le garde devant la porte l?ouvra en annonçant : ?Le prisonnier !?.


Et pourquoi pas ?
 
Siçhu - Racines
Avatar de La racine
  • Messages : 1010
  • Inscrit : 11 Décembre 2004
  Lien vers ce message 05 Mai 2006, 21:51
* * *


Sur un énorme trône en bois rare renforcé de métal gris, il dominait tout le monde dans la salle.

Son air naturellement hautain était accentué par ses habits chatoyants et son faciès aux arêtes prononcées.

Les courtisans, pourtant nombreux, ne faisaient pas un bruit.

Seul s?entendait le grincement du bois que le château produisait en se pliant sous les vents d?altitude.

Après un moment pendant lequel il regarda attentivement le prisonnier, le Maître des lieux voulut bien daigner commencer à parler, perçant enfin le silence obsédant de la salle.

-Ainsi voici le nouveau Chiyhn ! dit-il, regardant le pommeau en bronze de sa canne.

Il fut pris d?un petit rire qui le secoua par trois fois.

-Et je parie que comme tous tes prédécesseurs, tu ne sais rien de ce que tu fais ici ? N?est-il pas amusant ? Venir, ... et mourir ! Sans comprendre pourquoi !! Hahaha ! Alors, tu sembles plus muet que lorsque mes gardes t?ont emmené ! Est-ce la hauteur qui lie ainsi ta langue ?

Justin était dans une semi-conscience et cherchait au sol un point de repère.

Il était perdu. Tout se déchaînait trop vite ! Que se passait-il ici ? Etait-il au milieu d?une troupe de férus du moyen-âge, mordus au point de créer un petit monde à eux ? Et si c?était le cas, comment lui était-il arrivé jusqu?à eux ?

Son esprit n?acceptait pas ce que son cerveau avait déjà compris depuis un bout de temps.

-Hé, tu me réponds !

Un garde le frappa d?un revers de la main, mais une main gantée de mailles...

Sa joue s?empourpra immédiatement de mauve et quelques filets de sang se mirent à couler sur son visage.

La douleur fusa dans son esprit à toute vitesse, ce qui écarta immédiatement l?idée du rêve.

C?était trop réel pour cela.

Et il sut alors qu?ici, quoi qu?il lui soit arrivé, sa vie se jouait.

-J?e, je vous dénoncerai ! Vous ne pouvez pas faire ça ! Je ne peux pas être emprisonné ! Je n?ai rien fait !

Il reçut une autre gifle, plus violente. Sa deuxième joue prit bientôt la couleur de la première.

Il ne devait pas agir ainsi. Ces fous, quels qu?ils soient étaient capable de tout, et ce n?était certainement pas en les menaçant qu?il arriverait à quelque chose.

-Mauvaise réponse ! fit le chef. Mais c?est bien ! Cela fait depuis longtemps que je n?ai plus eu de résistance ! Je vais enfin une fois pouvoir m?amuser, te voir souffrir sous ces engins si subtils qu?emploient mes Diseurs de Vérité ! Garde ! Ramenez-le à sa cellule !

Celui-ci prit John par la peau du coup et le traîna dans les couloirs en sens inverse. Il n?avait pas remarqué qu?il lui manquait quelque chose à la ceinture.

Lorsque la brute arriva dans le couloir menant aux cages, il lâcha sa prise pour ouvrir la trappe et à ce moment tomba en avant, une moue surprise au visage.

Ayant surgit du plafond, une masse lui était tombée dessus et il bascula en avant.

Justin entendit un entrechoquement et s?approcha prudemment du trou à plat ventre.

Ce qu?il vit faillit une fois de plus le faire sombrer dans le noir.

Deux corps gisaient, l?un sur l?autre, sur le toit de la cage, ensanglantés, et surtout surpombant le vide.

Le poignard était encore planté dans la chair au niveau du c?ur, au travers de la masse de muscles.

Iwleï le regardait, un grand sourire illuminant son visage enfantin. Du sang maculait ses habits, mais il paraissait ne pas s?en formaliser.

Il reprit le poignard dans le dos du garde, remonta et coupa les liens qui retenaient les mains de son compagnon d?évasion avec l?arme encore imprégnée de sang. Ensuite, il sauta sur une autre cage se trouvant un peu en contre-bas.

Le vertige reprit brutalement sa place dans l?esprit de John. Il n?osait pas même redescendre sur la première cage.

Pourtant des bruits commençaient à se faire entendre dans le couloir.

Cela réussit à convaincre John. Il descendit précautionneusement sur ce qui avait été un peu plus tôt sa prison, et qui risquait sans doute de le redevenir s?il ne se pressait pas un peu.

Il entendit des bruits de pas se rapprochant, mais à présent il était vraiment tétanisé.

Le vide le regardait de ses yeux absents, tentant de l?hypnotiser.

Il fit un brusque écart sur la gauche. Une épée avait surgit brusquement de la trappe et l'avait manqué de peu.

Une voix juste au-dessus de lui cria l?alerte.

Il sentit un contact chaud à sa main. Iwleï était remonté pour le chercher.

-Si maintenant tu ne fuis pas, c?est certain, ils te tueront !

Cela suffit pour mettre de côté la peur. Se relèvant prestement, il sauta, la main dans celle de l?enfant, sur la cage en contre-bas. Puis encore sur une plus basse, de plus en plus bas...

Des flèches commençaient à pleuvoir au-dessus de leurs têtes, entrechoquants les barreaux des cages. Ils entendirent les râles de prisonniers dont la vie était prise par erreur par ces traits imprécis.

Ils atteignirent enfin le premier palier de renfort conçus pour maintenir les immenses pilotis qui retenaient le château.

Iwleï attira immédiatement John vers un des maîtres piliers pour le protéger de la pluie de flèches qui pleuvait de plus en plus drue, et surtout de plus en plus précise.

John, à quatres pattes, essaya de ne pas regarder le précipice qui menaçait de chaque côté de la poutre ronde.

Ils s?infiltrèrent ensuite dans une des grosses crevasses qui parsemaient le tronc.

Ils observèrent quelques instants l?amoncellement de flèches se fichant à l?entrée.

Après quelques secondes de répit, Iwleï, semblant infatigable, chercha plus profondément dans la crevasse de l'énorme poutre pour finalement annoncer :

-C?est un cul de sac.

Les flèches s?étaient tues. Le silence régna dans l?espace étroit où ils étaient confinés.

Après un moment de réflexion, iwleï reprit la parole :

-Ecoute, on est assez bas je crois. On va sauter, l?eau ici est profonde à ce que l?on m?a dit.
-M?mais tu as vu à quelle hauteur on est ? J?je ne bougerai pas d?ici !
-Tant pis, je vais devoir utiliser la manière forte.

Un poignard brun laminé de striures claires se darda juste sous son nez.

-Passe devant !


Et pourquoi pas ?
 
Siçhu - Racines
Avatar de La racine
  • Messages : 1010
  • Inscrit : 11 Décembre 2004
  Lien vers ce message 18 Mai 2006, 22:53
* * *


Justin se réveilla, l?esprit confus.

Avait-il enfin quitté ce rêve affreux ?

En ouvrant les yeux, il vit une fois de plus que non, ce n?avait pas été un rêve.

Il ne se souvenait pas de ce qui s?était passé après ? le désaccord.

Il se souvint d'avoir dit : "tu n'oserais pas". Il porta sa main à sa gorge. Il y sentit la petite cicatrice qu?avait creusée la lame... Et puis, plus rien ... à nouveau le noir total.

Il se releva.

Il était couché dans une sorte de radeau-lit composé de massettes enchevêtrées, pendu par de longues racines filandreuses à un arbre.

Comment se faisait-il qu?il n?était pas mouillé alors qu'il se trouvait juste à la surface de l?eau ? Comment une construction si primaire pouvait-elle être étanche ?

Il chercha des yeux ? comment s?appelait-il ?

Ah oui, Iwleï ! Quel nom étrange? cela ne lui rappelait rien de connu. Peut-être un asiatique ?

Non, sa peau est blanche, ou plutôt noire de crasse. Un australien ? ?

-Ah ! T?es réveillé ! Dis, c?est une coutume chez vous, les belgiciens, de vous évanouir comme des femmes à tout bout de champ ? J?ai failli te laisser sur place, jusqu?à ce que je voies ce dont tu étais capable ! J'avais bien raison : tu es un Chimik !
-Chimique ? Mais pas du tout ! Qu?est-ce que tu veux dire ?
-Quoi, on n?appelle pas ça comme ça dans ton pays ? C?est étrange, vu qu?on parle la même langue? tu comptes faire quoi maintenant ?
-Je n?en ai aucune idée, mais tu ne m?as pas répondu !
-Tu n?as pas deviné ? Mais c?est ce que tu es quoi ! Ce pour quoi tu as sans doute dû t?entraîner sans relâche très longtemps ... Tu maîtrises le Chi, le Rkox ou le Daon, tu es un Possédant !
-Un possédant de quoi ?
-Mais t?es bouché ou quoi ! Ne fais pas l?idiot, tu ne peux pas faire l'innocent après ce qu?il s?est passé !
-Mais il s?est passé QUOI ?
-Quoi, tu ne sais vraiment pas ? dit-il d?une voix infime et étonnée à la fois.

Ce moment de calme laissa la parole au doux clapoti de l?eau contre les arbres et aux cris lointains d?un oiseau de proie qui passait à ce moment au-dessus d?eux.

-Je vais t?amener à Féânô, il est plus que temps ! dit Iwleïl, brisant le silence.

Le gamin sortit de l?eau une sacoche ruisselante et la chargea sur ses épaules.

-En route ! ordonna-t-il, laissant John à ses interrogations.


Et pourquoi pas ?
 
Siçhu - Racines
Avatar de La racine
  • Messages : 1010
  • Inscrit : 11 Décembre 2004
  Lien vers ce message 28 Mai 2006, 21:24
* * *


Ils avaient marché toute la journée - une de ces journées où les brumes et l?humidité règnent en maîtresses.

Après quelques heures de marche, les chaussures de Justin lui avaient fait si mal qu?il avait du se résoudre à imiter Iwleï, et marcher va-nu-pieds.

Et pendant le trajet il réfléchit... retourna encore et encore ce qu?il venait de vivre, caressa une fois de plus l?idée du rêve, du songe interminable où il finirait par s?éveiller. Il se demanda même s?il n?était pas en ce moment allongé sur une table d?hôpital, des appareils clignotants autour de lui, plongé dans le coma.

Il chercha dans ses souvenirs de géographie où pourrait exister un si grand marécage, une aussi vaste étendue d?eau. Etait-il en Amazonie ? En Inde ? En Afrique ? Il n?en avait pas la moindre idée.

Il se demandait aussi ce que voulait dire l?enfant plus jeune que lui avec ses "Chi" et ses "Daon" ! Que signifiait pour lui être un "Possédant", "pour lequel il fallait s?entraîner sans relâche" ? Il n?y comprenait rien.

Mais bien qu'une multitude de questions lui brûlaient les lèvres, il n?osa pas perturber les pensées cachées sous le faciès trop sérieux de l?enfant qui le guidait. Il était sûr que celui-ci ne répondrait pas, ou en tout cas pas directement. Les réponses allaient arriver, cela était évident. Il suffisait d'attendre...

Le paysage qu'ils traversaient avait changé son allure. Les arbres paraissaient plus verts et ils ne pataugeaient plus dans l?eau, mais marchaient sur une sorte de matelas de racines flottantes. Sur ce matelas poussaient des joncs, grandes herbes aux bords coupants, et maintenant qu?ils étaient arrêtés, il se rendit compte qu?il avait les jambes en sang.

La nuit commençait à tomber. Il faisait encore clair, mais le soleil avait depuis longtemps disparu derrière un épais rideau de brume.

Justin frissonna.

Il s?était allongé contre un tronc et ses vêtements détrempés lui collaient spongieusement au dos. Il leva la tête pour essayer de voir ce qu'Iwleï faisait, mais il ne reçut qu?une goutte en plein visage provenant de l'arbre le surplombant.

A un moment, Iwleï lui demanda de venir du haut d'une branche. Celui-ci dû le hisser à bout de bras car Justin glissait sans cesse sur le tronc. Il s?étonna une fois encore de la force de ce garçon plus petit que lui.

L?arbre était large et assez grand et l?enfant l?emmena jusqu?à la cime. Là, il découvrit avec surprise un petit feu, sur une sorte de plate-forme placée naturellement sur le haut du tronc principal.

-C?est un séâfiz, un arbre-repos. On s?en sert quand on part loin dit le garçon.
-... Comment as-tu allumé le feu ?
-Avec du bois que j?ai fais sécher.

Justin fut satisfait par la réponse, bien qu?il se demanda comment on pouvait faire sécher quoi que ce soit dans ce milieu. Il remit cette question avec toutes les autres pour le lendemain, car il était exténué.

Il enfourna rapidement les racines commestibles que son ami lui avait préparées, le même repas qu?à la mi-journée.


Une lune jaune pastel entourée d'un halo de brume, ce fut la dernière image dans les pensées de Justin avant qu?il ne sombre dans un sommeil profond et réparateur.

« Pourquoi est-elle si énorme ? »

* * *


Pendant toute la nuit il le regarda, en réfléchissant et en rajoutant de temps en temps du bois sur le feu.

Ses vêtements aux couleurs éclatantes n?étaient pas naturels. Même les meilleurs couturiers, recourant à des techniques ancestrales secrètes, ne pouvaient parvenir à ce résultat qu'à grandes peines. Pour cet effort, ils auraient au moins manufacturé des vêtements de forme convenable...

Qui était-il et d?où provenait-il ?

Ces questions lui revenaient sans cesse.

Ce qui s?est passé au château avait été aussi incroyable que ce qu?il imaginait étant jeune lorsqu?on lui contait l?Histoire, mais jamais il n'aurait cru que cela existait.

Ne pas poser de conclusions hâtives - le grand sage Féânô, au camp, saura déchiffrer cet homme et voir ce qu'il en adviendra.

Surtout veiller à ce qu?il ne sache rien. Oui, c?est ça, qu?il ne sache rien ou il pourrait bien d'un savoir limité les tuer tous les deux.


Et pourquoi pas ?
 
Siçhu - Racines
Avatar de La racine
  • Messages : 1010
  • Inscrit : 11 Décembre 2004
  Lien vers ce message 01 Juin 2006, 14:59
* * *


Le début de la journée du lendemain se déroula comme à la veille, à la seule différence que le visage de Justin était moins pensif et plus déterminé.

La seule question qui de temps en temps lui taraudait le crâne était :
« Qu?est ce que je fous ici ? » mais il ne s'en formalisait pas, l'effort demandé par la marche aidant.

Ils traversèrent un grand nombre de clairières, bosquets denses et rivières - si on peut appeler "rivière" un endroit où l?eau coule un peu plus vite qu'ailleurs.

Justin avait l?impression qu?au fur et à mesure qu'ils avançaient, le niveau de l?eau diminuait.


C?est pendant une des fréquentes pauses qu?ils s?accordaient que Iwleï se décida à parler.

-On se rapproche de la Haute Colline, où je vis. C?est une sorte d?île au milieu des marais ; un endroit où personne ne va jamais, sauf nous, les Rebelles.

Justin voulut poser une question, mais se ravisa, ayant peur qu?une fois de plus le garçon ne redevienne muet.

-Nous sommes sur mon territoire depuis hier soir, et si tu ne m?avais pas suivi pas à pas, tu serais sans doute mort dans un de nos nombreux pièges. Si je te dis tout ça maintenant, c?est parce que tu dois savoir qu?à partir de maintenant, qui que tu sois, tu devras nous obéir, et que si tu essaies de t?échapper, on ne te laissera aucune chance. Si ce ne sont pas les pièges, c'est nous qui te tuerons... Les règles étant désormais établies, donne ta parole de ne pas nous trahir.

Iwleï avait dit tout cela la tête basse, sans regarder Justin. A présent, il se redressa et regarda fixement Justin dans les yeux, pour y dénicher un quelconque mensonge.

-Je le jure.

Un grand moment de silence s?abattit entre les deux êtres. Un sourire communicatif s?épanouissait lentement sur les lèvres d?Iwleï. Puis, soudainement excité comme un enfant de son âge devrait l'être, il dit "Viens, je vais te présenter à ma famille" et il commença à courrir vers le haut de la butte.

Ils passèrent sous quelques buissons, par ce qui aurait pu être un sente d?animal, et arrivèrent devant une grande clairière ombragée.

-C?est là-bas ! cria Iwleï.

Pendant que celui-ci prenait les devants en courrant de joie, Justin apperçu quelques cibles rondes, rayées de blanc et de vert. Elles étaient suspendues aux arbres au moyen de cordes et, fichées dessus, quelques flèches se maintenaient.

Tout ceci n?aurait jamais attiré l?attention de Justin si, au travers de l?une de ces flèches, une tête tranchée n?était enfilée.


Et pourquoi pas ?
 
Siçhu - Racines
Avatar de La racine
  • Messages : 1010
  • Inscrit : 11 Décembre 2004
  Lien vers ce message 26 Juin 2006, 14:16
* * *


La nuit tombait, et Justin se demanda où pouvait se trouver Iwleï à l?heure qu?il était.

Il était adossé à un mur, dans une chambre végétale suspendue aux branches basses d?un arbre. De temps à autres, un coup de vent venait pousser cette coquille et créait un doux balancement. Quelques rayons de lune dardaient à travers la paroi de chanvre recouverte de boues durcies et éclairaient une table basse et les deux paillasses au sol qui faisaient office de matelas de fortune.

Justin se rappela les événements des dernières heures, durs et pénibles pour tout deux.

Ils étaient arrivés dans le camp quelques minutes après qu?Iwleï lui avait fait Promettre.

Il se souvient encore du visage chez qui la joie avait fait place à la panique, et avait ainsi enfin montré un faciès d?enfant normal, au bord du pleurs.
Il se souvient quand il l?a prit dans ses bras, serré très fort tout en essayant de ne pas regarder la scène de massacre : des dizaines de corps, pendus ou empalés aux branches des arbres qui leur servaient de demeures, visages crispés, comme si la douleur encore les atteignaient.
Et enfin, il se souvient du sommet de leurs crânes, tranchés au-dessus des oreilles, laissant une ouverture béante sur le puit de savoir qui contenait leurs joies, colères, amours,?

Iwleï, malgré son désaroi, n'avait cependant pas lâché une larme.

Justin, après avoir cédé devant l?insistance de son ami, l'avait aidé à détacher chaque corps, et ensuite ils les avaient emportés jusqu?au bas de la colline pour les plonger dans un profond trou d?eau sacré.

Ensuite, Iwleï avait semblé avoir repris courage, et l?avait emmené dans cet endroit.

Avant de le quitter, il lui avait dit : « mon père n?était pas parmi eux. On attendra son retour. Si dans dix couchers de soleil il n?est pas là, on repartira. »

Ensuite, il était parti en courrant, allant gagner un coin solitaire...

Sur le sol près de l?entrée, Justin aperçut une tache sombre.

Une tache humide.

Une larme.


Et pourquoi pas ?
 
Siçhu - Racines
Avatar de La racine
  • Messages : 1010
  • Inscrit : 11 Décembre 2004
  Lien vers ce message 08 Juillet 2006, 21:43
* * *



Pourquoi tous ces morts, pourquoi ?

Et si c?étaient les Hommes Poilus, les Safénn ?

Non. Bien qu?ils soient sauvages, ils n?auraient jamais fait montre d?une telle cruauté.

Des animaux intelligents ? Les Sanorghân ? Les Sékahh ? Non. Impossible.


Pourquoi ?

Il se posait la question bien qu?il sache pertinemment la réponse.

Les Gardes.

Ce sont eux qui sont venu tuer.

Tuer ceux qui ne voulaient pas se soumettre aux lois de la Ville.

Où est passé son père, celui qui les guidait lui et les siens ? Iwleï avait la conviction qu?il s?était échappé. La question qui le taraudait le plus était "comment sont-ils arrivés jusqu?ici" ?

Ils reviendront, c?est presque certain après ce qu?il est arrivé à la ville, mais quand ? Pouvait-il se permettre de rester ici dix jours entiers ? Ils pourraient toujours se réfugier où il avait laissé John. C?est un endroit secret, très bien caché et facilement défendable. Mais après ?

...

Il réfléchit jusqu?à tard dans la nuit, interrompu de temps en temps par une crise de larmes.

Il ne fallait pas pleurer devant l?autre, non il ne le devait pas !! Sinon il le prendrait pour un faible !

Après une intense réflexion, séchant ses dernières larmes alors que le jour nouveau faisait déjà son apparition, il prit une décision.

Il irait avec lui... Ils iraient à deux, et il le préparerait pour le voyage.


Et pourquoi pas ?
 
Siçhu - Racines
Avatar de La racine
  • Messages : 1010
  • Inscrit : 11 Décembre 2004
  Lien vers ce message 05 Aout 2006, 22:45
* * *


Le lendemain, Iwleïl réveilla Justin de bonne heure et l?emmena jusqu?au milieu du village qu?une pluie avait lavé de toute trace de sang. Il s?assit sur un siège formé d?une grande feuille accrochée à une armature de branches entrelacées. Justin s?assit face à lui, dans un siège semblable.
-Et maintenant, j?aimerais te poser des questions si tu veux bien.
-Je ne comprends pas plus que toi ce que tu fais ici. Et si tu me racontais ce que tu as fait pour arriver ici ? Je pourrais peut-être comprendre.
-Je ne sais pas?euh?J?étais en train de m?enfuir à vélo lorsque?
-Vélo ?
Bien qu?il fut surprit de cette question, il n?essaya pas de la relever cette fois ci. D?abord des explications.
-Ce n?est rien. Donc j?étais poursuivi lorsque une gigantesque boule d?eau est arrivée sur moi. Puis je me suis réveillé comme tu sais.
Il y eut un silence. Justin se demandait ce qu?il était advenu des autres, de la bande à Nôm. Il les avait vus s?enfuir, mais qu?étaient-ils devenus ?
-Non, je ne comprends pas ! dit finalement Iwleï. Je penses que ce que j?ai de mieux à faire, c?est de t?emmener chez Féâno. Lui, il saura. Mais seulement, je ne sais pas dans quelle direction est parti le restant de mon village. Les rebelles ne disent jamais où il vont s?enfuir. Comme ça, s?il y a un espion, au moins la fuite est assurée. Nous partirons pour la ville Intérieure, Bûnhuntelsu, j?y connais quelqu?un. Mais avant cela, nous allons attendre ici comme je te l?ai dis hier dit-il en se levant.
Il se plaça devant la maison-cage la plus grande, qui bien que pendue, touchait presque le sol. Il fit trois pas en direction du soleil levant, puis quatre autres vers le centre de la clairière noircie de cendres. Là il s?arrêta et commença à creuser la terre mouillée à la main. Son travail était facile car la terre était meuble, et au bout de quelques minutes il rencontra une surface dure. Quelques minutes encore plus tard, la cache était dévoilée. Une dizaine d?arcs et deux longs objets enveloppés de tissus étaient entreposés à cet endroit. Ils restèrent là debout autour du trou pendant quelques instants.
-Faut-il vraiment des armes ? demanda John.
-Oui, c?est nécessaire. Si tu veux survivre en cette terre?
Laissant de côté la question de quelle terre, vu qu?il savait que Iwleï ne saurait jamais lui répondre, il lui demanda quelque chose plus terre à terre.
-Je n?ai jamais touché à des armes de ma vie.
-De ta vie ? Tu n?as jamais passé ta dizprésafé ?
-Ma quoi ?
-La cérémonie qui fait de toi un homme !
-Non, nous n?avons pas cette coutume chez nous. Tu l?as passée toi ?
-Bien sûr ! Quiconque ne l?a pas passée n?a pas le droit de porter l?arme.
-Voilà, la question est résolue, je ne toucherai pas à ces armes, puisque je n?y suis pas autorisé !
Iwleïl ne répondit pas. Il était trempé dans ses pensées. Que faire en telle situation ? Féâno n?est pas là pour célébrer la cérémonie, ni pour lui donner des conseils. Mais s?ils voulaient s?engager dans les Basses Terres, c?était plus que nécessaire d?avoir deux bras armés. Il lui vint une idée, même si elle ne lui semblait pas tout à être juste.
-Je ferai moi-même la cérémonie.

Ainsi, un peu plus tard, Iwleï sortit de la grande maison-cage. Il était habillé d?une toge verte foncée composée d?un tissu enroulé autour de lui puis repassé par dessus son épaule. Le tissu était trop grand pour lui alors il lui avait fait faire quelques tours de plus, ce qui lui donnait un air comique, mais Justin n?avait pas envie de rire.
-Entre. Lui dit-il
L?intérieur était très spacieux, et en hauteur, les branches laissaient filtrer la lumière à la façon des vitraux, formant des motifs géométriques. Le mobilier était très simple, vu qu?il se limitait à un autel creusé à même un tronc qui devait avoir une taille immense. En se rapprochant de l?autel, John remarqua que les nervures de vie de l?arbre qui avait servi étaient très irrégulières, et dégageaient une aura mystique.
Sur l?autel était posé un des deux tissus du trou. Iwleï ouvrit et sortit une épée toute en bois, mais affûtée comme un rasoir.
-John, fils de Belgique, fais-tu veux d?allégeance à ta vie et à celles de tes amis ?
Après avoir réfléchi quelques secondes à ces paroles, il répondit.
-Oui
-John, fils de Belgique, défendra-tu toujours ce pour quoi tu pense être le bien ?
Justin se dit à un instant que c?était un gosse beaucoup moins âgé que lui qui lui faisait tenir ces promesses qui lui semblaient hors de propos, mais la force des paroles lui fit changer d?avis : cet enfant était définitivement d?un âge spirituel beaucoup plus avancé que ce qu?il apparaît à première vue.
-Oui
-Le défendras-tu jusqu?à la mort ?
-Pour une grande cause, oui.
Sa réponse fut pour lui-même une surprise.
-Très bien, alors, prends cette épée et baise l?autel par quatre fois.
L?épée en main, il se rapprocha de l?autel. Mais lorsqu?il le baisa, il se retira avec violence. Il était sûr d?avoir trempé ses lèvres dans de l?eau, bien qu?aucun liquide ne soit visible.
-Tu les défendras par l?Eau
Encouragé par cette phrase qui lui donnait une explication, bien qu?irrationnelle, et ne voulant pas briser la solennité de la cérémonie, il se baissa une deuxième fois. Il se retira encore plus vite que la première. Il avait ressenti une vive sensation de brûlure.
-Tu les défendras par le Feu
Après avoir passé sa main sur ses lèvres pour s?assurer qu?il n?avait rien, il se baissa une troisième fois. Il eut cette fois l?impression de donner un baiser dans le vide, sans rien toucher, bien qu?il ait le nez sur l?autel.
-Tu les défendras par l?Air
Se baissant une quatrième fois, il sut à l?avance ce qu?il allait ressentir. Il toucha du bout des lèvres une substance rugueuse et sèche, avec un relent d?odeur de terre retournée.
-Tu les défendras par la Terre

L?Eau, le Feu, l?Air et la Terre, les quatre éléments des Grecs anciens. Leurs quatre constituants pour le monde.
-A partir d?aujourd?hui, tu seras un Safé, un homme qui par ses pensées contrôle ses actes. Tu es habilité à porter l?arme.
Amen.
Le dernier mot fit sursauter Justin. Que venait faire ce mot dans un cadre comme celui-ci ? Enfin, il verrait plus tard.
Iwleï mit quelques minutes à enlever sa toge et rejoignit John à l?extérieur. Il trouva celui-ci les yeux écarquillés, la bouche béante.
-Que se passe-t-il ?
-Là?là, j?ai vu quelque chose bouger !
-Où exactement ?
-Là, au sommet de l?arbre.
-Je ne vois rien.
-Non, t?as raison, ça a disparu.
-Ca devait certainement être un Sanaséâ?euh pardon, un écureuil. Viens.
Ils se dirigèrent vers le terrain d?entraînement, où pendaient encore les trois cibles à cercles verts feuille. Iwleï sortit son épée du fourreau et se mit en garde.
-Premièrement, prends ton épée comme ceci.
Justin ne protesta pas, ou plutôt ne chercha plus à protester. Il prit son épée en bois à deux mains et la leva en l?air.
-Non, comme ceci. Il faut lever les bras et les détendre. Regardes, je vais te remontrer.

Après trois heures d?entraînement ininterrompues, ils firent une pause.
-Maintenant tu sais frapper, mais tu as encore du travail !
Justin se malaxait les muscles de ses bras endoloris.
-Oui, mais quand part-on ? J?aimerais aller à une ville, où je pourrais me renseigner. Car ce n?est pas en m?entraînant à l?épée de bois que je vais rentrer chez moi !
-Ce n?est pas du bois normal ! C?est un bois très précieux, tu dois y faire attention ! C?est une des meilleures armes que l?on puisse trouver ici !
-Tu ne vas pas me dire que ce bois vaut le bon vieil acier ?
-L?Acier ? Tu connais l?Acier ?
-Bien sûr ! Pourquoi ?
-C?est avec les autres Métaux, comme le Cuivre et le Zinc le matériau le plus rare des Marais ! Et chez toi on fait des armes en Acier ?
-Chez moi ça fait depuis longtemps qu?on n?utilise plus d?épées, mais beaucoup de nos objets sont en acier, oui.
-Chez nous on n?a plus de Métaux. Des légendes parlent de mines de métaux, mais si elles ont un jour existé, elles ont toutes disparues aujourd?hui. Seuls les riches ont du métal.
Justin fit une déduction : si Iwleï et son peuple n?avait pas de métaux à sol ouvert et ne connaissaient pas l?existence de mines, il ne pouvait se trouver qu?à deux endroits : soit dans la grande forêt vierge d?Amazonie, dont une grande partie est immergée, soit sur une île qu?il lui est inconnue, ce qui lui semblerait plus logique. Mais il voulut s?en faire une certitude.
-Connais-tu la mer ?
-La mer ? Bien sûr ! C?est là où les arbres s?arrêtent et où le fond descend très fort.
-Est-ce que les arbres s?arrêtent avant la mer ?
-Non. J?ai déjà été jusque là et les arbres sont partout, sauf peut-être autour des villes.
-Est-ce que la terre où l?on peut marcher est grande ?
-Bien sûr ! Mon père a déjà été jusqu?à un de ses autres bouts et il a mis quatre ans pour faire l?aller-retour !
L?hypothèse de l?île s?écroula.
-Traverses-tu des montagnes pour arriver à la mer ?
-Des MON?TA?GNES? Qu?est-ce ?
-Des immenses rochers.
-Des Rochers ? Tu as aussi des Rochers chez toi ? Et des immenses en plus ! Ca ressemble à quoi, un Rocher ?
Là fut le coup final pour Justin. La mer en bordure de la forêt, ce qui est pas très possible pour l?Amazonie car la région est très habitée, la grandeur de la terre, aucune montagne et surtout la totale ignorance de ce que à quoi ressemble un simple ROCHER ? Non, c?est impossible qu?ils soient en Amérique, ni même sur aucun des continents qu?il ne connaisse, ce qui se limite aux cinq de la terre. Son esprit se rebella.
-Tu MENTS ! C?est impossible ! Tu me mens depuis le début et toi et tes camarades de comédie me faîtes marcher ! Je le savais, et je me demande ce qui m?a poussé à te suivre ! Salut, je m?en vais ! Je finirai bien par tomber sur quelqu?un !
Et Justin s?enfonça en courant dans les bois.


Et pourquoi pas ?
 
Forum verrouillé Remonter en haut de la page


.