Nouveau sujet Répondre Imprimer Syndication RSS 2.0

Contes et Legendes et Adages...

èlmtelleïçhé - Feuille
èlmtelleïçhé - Feuille
Avatar de Lindelokte
  • Messages : 177
  • Inscrit : 12 Janvier 2005
  Lien vers ce message 01 Février 2006, 18:46
Au cours de mes nombreux voyages à travers des contrées de plus en plus lointaines, et à l'affut de toute nouvelle histoire, chanson, adage, proverbes, poêmes pour agrémenter joyeusement les soirées de voyage, moi, Lindëlokté-Dairon, accompagné de mon célèbre compagnon le petit dragon Nüngh-Fühù, avons commencé un ouvrage qui peut s'intituler comme suit:

"Contes, Légendes, Adages, et Histoires diverses des contrées lointaines..."

Ce recueil aura pour but de rassembler tout texte et légendes enseignant la sagesse, l'art de vivre, ou la cuisine, l'art de la guerre ou l'art de la Voie, enfin tout art digne de ce nom.

Il s'agit donc d'un ouvrage extrêmement sérieux, où toute histoire est la bienvenue, pour autant que sont auteur n'aie pour désir que de la communiquer. Les commentaires ne seront donc d'aucune utilité, puisque les textes présents ici ne servent qu'a être lus, et à chacun d'en retirer quelque enseignement.

Enfin, les histoires auront si possible un caractère vrai ou véridique, dans quelque univers que ce soit. Il ne s'agit donc pas d'élucubrations diverses que d'ailleurs un livre sérieux tel que celui-ci se prétend être ne saurait divulguer.

J'invite donc tout passant à me raconter ses histoires, contes, légendes et autres sages récits qu'ils auraient entendus sur les chemins, qu'ils me relateraient ci-dessous.

Lindëlokté-Dairon, Barde de Londuvie, Propriétaire des Chutes et des Portails, Chevalier de l'ordre de l'Hyppogriffe Bleu, au service de Sa Majesté le Roi de Londuvie.


Tralalayoupie! (olé) (yep) (euh...)

Savez-vous planter windows, à la mode, à la mode...
 
èlmtelleïçhé - Feuille
èlmtelleïçhé - Feuille
Avatar de Lindelokte
  • Messages : 177
  • Inscrit : 12 Janvier 2005
  Lien vers ce message 01 Février 2006, 18:46
Il était une fois un jeune homme qui voulait maitriser les arts martiaux. Il se rendit chez le maître Banzo, dans la montagne. "Combien de temps faut-il pour devenir maître?" demande-t-il. "Toute ta vie". "Et si je travaille dur?" "Peut-être dix-ans..." "Et si je travaille encore plus?" "Alors, mettons trente".

Et il entra à son service... comme serviteur. Il ne pu plus toucher à aucune arme, et il servait le thé, balayait...
Un jour, le maître Banzo s'approcha par derrière et le frappa durement d'un coup de boken. Et à partir de ce moment, le disciple du subir des attaques toujours plus fortes et innatendues. Au bout de cinq ans de service chez Banzo, le disciple était devenu un maître...


Tralalayoupie! (olé) (yep) (euh...)

Savez-vous planter windows, à la mode, à la mode...
 
èlmtelleïçhé - Feuille
èlmtelleïçhé - Feuille
Avatar de Lindelokte
  • Messages : 177
  • Inscrit : 12 Janvier 2005
  Lien vers ce message 01 Février 2006, 19:02
Le maître Tajima no Kami se baladait avec son disciple le long des champs de blés. Soudain, le disciple eu une pensée: "Mon maître est là, devant moi, me tournant le dos. S'il m'en prenait l'envie, je pourrais sans aucune difficulté le tuer d'un coup de sabre sans qu'il puisse me surprendre, tellement il parait contempler les cerisiers qui bordent la route !" A ce moment, le maître sortit du chemin, et commença à inspecter les champs comme s'il cherchait quelque chose. Il paraissait profondément troublé quand il revint, n'ayant visiblement pas trouvé ce qu'il cherchait.

Tajima no Kami se retira alors dans sa chambre, et refusa d'en sortir. Le disciple lui demanda ce qui se passait, et il lui répondit: "Ma pratique des arts martiaux me permet de sentir toute pensée agressive émise à mon égard. Hors, il m'apparait maintenant que je me suis trompé, alors je suis mécontent de moi." Le disciple s'excusa et lui dit ce qui s'était passé. Le maître se détendit alors, et s'en retourna contempler les cerisiers.


Tralalayoupie! (olé) (yep) (euh...)

Savez-vous planter windows, à la mode, à la mode...
 
èlmtelleïçhé - Feuille
èlmtelleïçhé - Feuille
Avatar de Lindelokte
  • Messages : 177
  • Inscrit : 12 Janvier 2005
  Lien vers ce message 03 Février 2006, 11:54
Bokuden, grand maître de sabre, reçut un jour la visite d'un confrère. Pour présenter ses trois fils à son ami, il posa un vase sur le coin de la porte, de manière à ce qu'il tombe sur la tête de celui qui entrerait dans la pièce.

Puis, il appela ses fils. Quand le fils aîné se trouva devant la porte, il s'arrêta net, et, après avoir entrebaillé la porte, il enleva le vase et entra. Il replaça le vase et vint s'asseoir. "Voici mon fils aîné. Il a déjà atteint un bon niveau et est en voie de devenir un maître." dit Bokuden.

Puis vint le second. Il entra et le vase lui tomba dessus, mais le fils esquiva et réussit à attraper le vase au vol. Il replaça le vase et vint s'asseoir. "C'est mon second fils. Il a encore un long chemin à parcourir" expliqua Bokuden.

Puis vint le cadet. Celui-ci entra précipitemment et reçu le vase sur le cou. Mais avant qu'il ne touche le sol, il dégaîna et brisa le vase. "Voicit mon fils cadet. C'est un peu la honte de la famille, mais il est encore jeune..."


Tralalayoupie! (olé) (yep) (euh...)

Savez-vous planter windows, à la mode, à la mode...
 
èlmtelleïçhé - Feuille
èlmtelleïçhé - Feuille
Avatar de Lindelokte
  • Messages : 177
  • Inscrit : 12 Janvier 2005
  Lien vers ce message 03 Février 2006, 12:02
Yagyu Tajima no Kami avait pour animal un singe. Celui-ci assistait à l'entraînement des élèves. Imitateur, il apprit à se servir d'un sabre, et était devenu un expert dans son genre.

Un jour, un ronin se présenta et voulu défier Tajima no Kami. Le maître lui dit de d'abord se battre avec le singe. Humilié, le ronin finit par accepter. Armé de sa lance, il attaqua vivement le singe, mais celui-ci esquivait à chaque fois les coups, et finit par grimper sur la lance du ronin, et à le frapper, puis à le désarmer. Le ronin revint vers Tajima no Kami et promit de revenir quand il serait mieux entraîné.

Plusieurs mois plus tard, le ronin revint, et demanda à combattre le singe. Mais quand le singe le vit, il pris la fuite et se réfugia dans les pieds de son maître en criant. Tajima no Kami recommanda alors le ronin auprès d'un de ses amis.


Tralalayoupie! (olé) (yep) (euh...)

Savez-vous planter windows, à la mode, à la mode...
 
èlmtelleïçhé - Feuille
èlmtelleïçhé - Feuille
Avatar de Lindelokte
  • Messages : 177
  • Inscrit : 12 Janvier 2005
  Lien vers ce message 28 Mars 2006, 9:30
C'est l'histoire de Torek le Nain. On l'appelait comme cela non pas parce qu'il était fort petit, ni parce qu'il lui poussait une barbe hirsute et rousse comme, comme,... plus rousse qu'il ne fut possible pour une barbe de l'être.

Non, on l'appelait le nain parce qu'il en était un. Et un vrai, un pas doué, une erreur de la nature qui se voit obligée de se cacher dans les caillasses des tréfonds de Mère la Terre afin que ses maladresses et sa repoussante dysproportion n'éclate qu'a la lumière des joyaux parfaits qui, une fois taillés convexes, lui redonnaient une image fantômatique mais mieux proportionné qu'il n'était réellement.

C'est pourquoi les nains passent la plus grande partie de leur vie sous terre, à se complaire à la vision de joyaux qu'ils apprirent à tailler si parfaitement que leur image les fait paraître bien proportionné.

Mais revenons à Torek. Torek, donc un nain de bon nainisme, et comme tout nain qui se respecte, avait un fort penchant pour la boisson. Alcoolisée, bien entendu. Spécialement la Bière des Ours qu'il sortait le soir acheter à la ville par tonneaux entiers qu'il s'engloutissait comme si c'était de la plus claire eau. C'est pourquoi son 'fort penchant', souvent, tendait à devenir un 'tombe inanimé'.

Donc, ce jour-là, alors qu'il sortait de chez lui pour aller s'acheter son breuvage, quelqu'un le vit avant qu'il arriva à la ville, et prévint les habitués du débit de boisson que le suscité Torek arrivait. Ce fut le branle-bas de bombat, à la taverne, et tous cachaèrent leur bière où ils pouvaient, le tavernier amenant ses tonneaux chez un confrère.

Car j'ai oublié de vous dire que Torek, en bon nain qui se respecte, était peu enclein à partager ses joyaux-à-lui-tout-seul, et préférait de beaucoup partir sans payer. Le tavernier voulait donc faire croire que les caves étaient vides, due à une pénurie d'ours dans la région. Quand le nain arriva, plus personne ne buvait. Il commanda ses huit tonneaux de Bière des Ours, mais le tavernier s'excusa, et dit qu'il n'en avait plus.

Alors Torek s'emporta, rugit de colère, et sauta bêtement sur place en disant: "je-veux-mes-tonneaux-je-veux-mes-tonneaux" et on dut le jeter dehors en se salissant les mains (les cavernes aujourd'hui ne sont plus aussi insalubres que du temps des nains d'hier). Ce n'est qu'une fois dehors que tous purent ressortir leurs chopines et continuer à bavarder gaiement, comme s'il ne s'était rien passé du tout.

C'est dans l'Auberge de la Bière des Ours que naquit ces deux adages bien connus:
"Quand le nain s'est tiré, on peut reboire..."
"Quand le nain est énervé, alors il faut le voir..."

Histoires d'elfes


Tralalayoupie! (olé) (yep) (euh...)

Savez-vous planter windows, à la mode, à la mode...
 
èlmtelleïçhé - Feuille
èlmtelleïçhé - Feuille
Avatar de Lindelokte
  • Messages : 177
  • Inscrit : 12 Janvier 2005
  Lien vers ce message 18 Mai 2006, 16:45
Histoire noséabonde


Cette histoire se passe dans une région que bien peu de gens connaissent, et que presque personne n'a visité. C'était un endroit presque inaccessible, pas tant parce qu'il était entouré de régions aride, désertiques et dangereuses, ni parce qu'il n'y avait là-bas que des charognes mais que jamais on n'y entendait ni voyait le prédateur, ni parce qu'il y régnait en maître une odeur tellement nauséabonde que les mouches elles-mêmes creusaient des trous dans le sable pour y enfouir leurs têtes, comme elles l'avaient tant de fois vu faire par les grands oiseaux qui ne volent pas.

Or donc, dans ce lointain pays, vivait un seul homme. Seul, parce que personne à part lui ne pouvait y vivre, comme je vous l'ai déjà conté. Homme, dis-je, parce qu'il faut bien donner un nom à chaque chose, bien que cette créature difforme et muette (il ne parlait, ni n'entendait pas plus qu'il ne voyait ni ne sentait -c'est sans doute pour cela qu'il acceptait de vivre dans un tel endroit-) ne ressembla en rien aux gentilshommes de la cour de Sa Majesté de Londuvie.
Lepouilleux, comme il aimait à se faire appeler -car le mouvement sur les lêvres était doux au toucher-, passait ses journées à ne rien faire, mangeant ce qu'il trouvait sur place à la tombée de la nuit : il sortait de son trou de sable (coutume locale), marchait sans cesse, et dès qu'il butait sur un cadavre, il savait reconnaitre de sa main les parties qui n'étaient pas encore rongées par les vers, pour les porter à sa bouche et enfin se nourir. Il ne buvait que les larmes des morts, qu'il prélevait en abondance en coupant avec son bilame, les dessous des paupière des bêtes abattues. Puis, avant le jour, il creusait de nouveau un trou, non loin de là où il était car il ne faut pas se déplacer dans cette région (on ne sait pas sur qui on tombe), et dormait jusqu'au crépuscule.

Mais un jour, les gentilshommes du roi, de l'ordre de l'Hippogriffe bleu, qui passaient par là, s'enfuirent devant une bête plus grande qu'un temple au dieu Soleil, plus terrifiante que tout ce qu'ils avaient combattus (mis à part le Grand Dracosîre lors des temps funestes et lointains). La bête s'était mise en chasse, et, les poursuivant, avait disparu dans le lointain. La région devint alors plus calme que jamais elle ne l'avait été auparavant (c'est très très très très très calme, ça...). Les animaux ne firent plus le bruit que déjà avant ils ne faisaient pas, les mouches ne chantaient plus la Carioca comme avant (maintenant elles le chantent en turcmènes plutôt qu'en arraméen classique)...

Et le lendemain, lorsqu'il se leva, Lepouilleux n'entendait plus rien. Il ne voyait rien, n'entendait rien, ne sentait rien ! Comment allait-il pouvoir continuer à vivre comme avant dans ces conditions? Alors, comme à son habitude, il se remit en marche à la tombée de la nuit. Il marcha, marcha, mais ne tomba pas sur un cadavre. Pas même un corps en lambeaux non comestibles, pas même sur un seul petit vermiceau. Alors il marcha, et ne s'arrêta pas. Aujourd'hui encore, il marche, car il ne fait pas la différence entre le jour et la nuit, et jamais ne s'arrête.

C'est depuis ce jour qu'est né ce nouvel ancien adage : Rien ne sert de courir, si l'on a le temps.

EPILOGUE : D'ailleurs, bon marcheur, et possédant une fibre artistique de par sa mère, qui lui murmurait à l'oreille les vieilles chansons de par chez lui, il paraîtrait qu'on peut l'entendre penser chanter, à pensée basse, pour lui-même (l'asocial !) : douze milliards quatre-vingt huit milles deux cent vingt quatre kilomètres à pieds, ça use, ça use... Mais certaines mauvaises langues disent qu'il les fait en chaise roulante, et qu'il triche de temps en temps sur les kilomètres.


Tralalayoupie! (olé) (yep) (euh...)

Savez-vous planter windows, à la mode, à la mode...
 
èlmtelleïçhé - Feuille
èlmtelleïçhé - Feuille
Avatar de Lindelokte
  • Messages : 177
  • Inscrit : 12 Janvier 2005
  Lien vers ce message 27 Janvier 2007, 18:27
L'homme et l'oiseau, de l'histoire d'un humain qui n'avait rien compris...

Voici : Icare...

Le sang coule de la bouche de la bête. Il l'a fait couler, du geste rapide et précis de celui qui sait. A côté de lui, la coupelle recueille le liquide sacré.
Mais comment font-ils pour voler?

Il enlève le coeur, mélange chair et eau, l'eau qui donne la vie, l'eau pure. L'eau qui nettoie, disparais, et ne lui laisse rien. Rien que le vide de la matière morte et déssechée.
Mais comment font-ils pour voler?

Puis il s'attaque à l'enveloppe externe. Il ôte la peau, dévoilant ainsi le muscle tendu dans un ultime effort pour la vie. Il aimerait comprendre,... Mais il ne trouve rien. Où est passé la magie ? Où est le,... la... comment avait-il dit, déjà? L'âme...
Mais comment font-ils pour voler?

Alors il s'énerve, il déchiquète, arrache, et plonge dans l'eau le corps en lambeaux, mais il ne se relève pas. Alors, saisissant l'enveloppe de l'animal, qu'il pose avec délicatesse sur ses épaules, l'air magnanime, il se relève. Le monde lui appartient, et il appartient au Monde. Il est l'Elu. Il brandit le coeur de la bête, il devient la bête.
Mais comment font-ils pour voler?

Il s'avance vers le précipice, mange le coeur encore chaud, et s'élance.
Mais comment font-ils pour voler?

Ca y est, il sait. Maintenant il sait. Il vole. Les images défilent, l'air siffle, et une multitude d'odeurs et de sons parviennent à son cerveau. La sensation est neuve et indescriptible. En bas, le sol se rapproche avec une vitesse telle qu'il se sent ivre. Puis soudain, plus rien. Le noir total. Et la douleur. Incommensurable douleur. Maintenant il sait. Maintenant il sait. Les hommes ne volent pas


auteur inconnu


Tralalayoupie! (olé) (yep) (euh...)

Savez-vous planter windows, à la mode, à la mode...
 
èlmtelleïçhé - Feuille
èlmtelleïçhé - Feuille
Avatar de Lindelokte
  • Messages : 177
  • Inscrit : 12 Janvier 2005
  Lien vers ce message 20 Juillet 2007, 12:40
Alphabêtes de cirques

Apercevant les Bêtes de ce Cirque, Dany et Emile Fermaient leurs Geules, Hébétés par l'Incroyable Jeu d'un Koala Lapon qui Mangeait, Nonobstant l'Observation des Particuliers, Quand, Repartant Soudain, ils Terminèrent son Utopie à la Vue du Walabi Xénophobe et Yvoirien de ce Zoo. :lol:


Tralalayoupie! (olé) (yep) (euh...)

Savez-vous planter windows, à la mode, à la mode...
 
èlmtelleïçhé - Feuille
èlmtelleïçhé - Feuille
Avatar de Lindelokte
  • Messages : 177
  • Inscrit : 12 Janvier 2005
  Lien vers ce message 23 Juillet 2007, 11:31
Histoires drôles de Londuvie

C'est l'histoire d'un elfe qui aurait mérité d'être blond. Le blondinet, pour le nommer comme ça, avait toujours voulu avoir un ours. Dans les bois, on le voyait souvent accroupi et faisant "petit, petit...". Puis, un jour, il en acheta un pour deux pièces d'or, ou quelque chose comme ça. :lol: :mdr: :lol:

Mais, elle est pas drôle, ton histoire...???


Tralalayoupie! (olé) (yep) (euh...)

Savez-vous planter windows, à la mode, à la mode...
 
Telleïçhé - Ramure
Telleïçhé - Ramure
Avatar de Sunk
  • Messages : 858
  • Inscrit : 17 Décembre 2004
  Lien vers ce message 25 Juillet 2007, 7:37
peut être un petit trop réaliste :lol:


Un nain qui passait par là...
Faites attention au béton.
 
Répondre Remonter en haut de la page


.